ecrivez-nous
1/4

Accueil > Le Pérou > La vie au Pérou > Vie sociale

Informations générales

Vie sociale

produit naturel mal altitude transports
Population

31.237.000 habitants (estimée en juin 2018)

Source: Instituto Nacional de Estadísticas e Informáticas INEI

 

Urbaine: 74% / Rurale: 26%

 

0/14 ans: 30,5%

15/65 ans: 63,1%

+ 65 ans: 6,4%

Espérance de vie

Moyenne: 76 ans

Hommes: 74 ans

Femmes: 77 ans

Source: Statistiques Sanitaires Mondiales 2009 – OMS

 

Composition ethnique 

Amérindiens: 48%

Métis (d’Amérindiens): 37%

Blancs: 12%

Noirs, asiatiques: 3

Langues

Espagnol: 80,3%

Quechua: 16,2%

Autres: 3,5% – Aymara (Puno) et 43 dialectes d’Amazonie

 

Religions 

Catholiques: 89,3%

Evangéliques: 6,7%

Autres: 2,5%

Sans: 1,5%

Le syncrétisme andin

 

Beaucoup d’Andins ont conservé leurs croyances ancestrales et bien que catholiques ils continuent de vénérer les éléments naturels comme l'inti (soleil), les Apus (montagnes) et surtout la Pachamama (terre mère) la terre nourricière pour laquelle ils pratiquent encore régulièrement des fêtes et cérémonies, quelque fois même inconsciemment comme le rituel instinctif de verser au sol les premières gouttes d’une boisson.

Travail

Législation

La Rémunération Minimum Vital en 2014 est de 930 soles (US$280 – 250€) net mensuel. Pour les horaires nocturnes (de 22:00 à 6:00) on applique un supplément de 35%.

 

Durée maximum de travail: 8 heures par jour et 48 heures par semaine.

 

L’employé reçoit 12 mois de salaire et un bonus plus ou moins important en décembre et en juillet. L’âge de la retraite est de 65 ans.

Beaucoup d’employeurs ne respectent pas ces normes de base et il est très fréquent de trouver des salaires au-dessous du minimum, des journées de 10 / 12 heures voire plus et surtout un grand nombre d’employés ne sont pas déclarés et ne bénéficient d’aucune sécurité sociale ou retraite.

Chômage

 

Le taux de chômage au Pérou est officiellement de 7,9% en 2011. En sachant que dans ce pays il n’existe aucune entité contrôlant le chômage ni agences de travail et encore moins d’allocations de la part de l’état, ce chiffre doit être une estimation… quelque peu farfelue.

 

De très nombreuses familles doivent trouver une solution pour survivre par soi-même et l’on rencontre ainsi une multitude de "travailleurs indépendants", généralement des vendeurs ambulants, quelques fois des enfants à partir de 3 ans, essayant de gagner suffisamment pour leur pain quotidien.

Il n’existe aucune aide financière de l’état au Pérou. Pour cette raison, de nombreuses personnes doivent trouver une source de revenus pour compléter leur salaire qui ne suffit souvent pas pour vivre correctement, comme par exemple des policiers qui travaillent comme vigiles dans les banques ou entreprises pendant leurs heures de repos.

 

Beaucoup de professionnels et de retraités, surtout à Lima, doivent travailler comme taxi en utilisant leur propre véhicule ou le louant pour la journée.

Retraite

 

Comme pour la sécurité sociale, seules les personnes déclarées pourront bénéficier d’une retraite à partir de 65 ans. Son montant est bien évidemment calculé en fonction des années cotisées et des salaires. Le minimum en 2014 est de 415 soles (115€), pas de quoi passer une retraite dorée.

Assurances

 

Depuis quelques années, les assurances privées voient le jour. Au Pérou on assure très rarement sa maison ou appartement, par manque d’habitude, mais surtout par manque de moyens pour payer les cotisations, en priant très fort que la maison ne brûle jamais ou ne s’écroule pas suite à un tremblement de terre, car là on a vraiment tout perdu. C’est pourquoi on voit, dans les villes principalement, la plupart des maisons entourées de fils électriques ou de pieux, les immeubles avec des gardiens en permanence. On se protège des cambriolages.

 

Pour les voitures, seules les véhicules neufs sont assurés tous risques. Pour les autres, une assurance obligatoire (40€/an environ) est apparue en 2002, couvrant seulement les personnes, en aucun cas le véhicule et avec une couverture médicale très limitée. On estime à près de 30% des véhicules sans assurance.

Santé

Comme dans tous les pays en voie de développement, il existe de grandes inégalités face à la maladie.

Pour une partie des Péruviens, il existe ESSALUD, la sécurité sociale, mais seulement pour les personnes ayant un emploi déclaré (ce qui ne représente pas la majorité des travailleurs). On assigne à l’assuré un hôpital, en général dans son quartier. On peut aller y consulter, et obtenir les médicaments de base gratuitement, souvent les plus chers ne sont pas fournis. On peut également y subir des interventions chirurgicales, mais toutes ne sont pas prises en compte, cela dépend du statut du salarié. 

Dans certains cas exceptionnels des médecins peuvent venir à domicile. Par contre, les indemnités pour les arrêts de travail sont limitées à quelques mois et différentes en fonction de l'ancienneté dans l'entreprise. 

 

Pour toutes les personnes ne bénéficiant pas de la sécurité sociale, ils peuvent compter sur des dispensaires, souvent très rudimentaires surtout dans les endroits reculés des Andes et d’Amazonie. Quelques fois, des actions ponctuelles sont menées par des ONG ou des associations de type Rotary pour effectuer des opérations ou des campagnes préventives.

 

Mais les choses s’améliorent petit à petit. Dans les grandes villes par exemple, ont été implantés des "Hospitales de la Solidaridad", où l’on peut recevoir des soins de haute qualité à prix très raisonnables.

 

La clase aisée se soigne dans les cliniques privées et les employés des grandes entreprises bénéficient de rabais dans ces cliniques.

 

Si la qualité de la médecine d’ESSALUD est variable, certains établissements comptent avec un matériel de dernière technologie et des médecins de haut niveau.

 

La plupart des habitants des quartiers populaires et des ruraux se soignent avec des plantes médicinales, heureusement nombreuses et efficaces au Pérou, et consultent les "chamanes" ou guérisseurs. Ici aussi on rencontre le meilleur comme le pire.

 

Taux de séroposivité au VIH/SIDA: 0,5% 

Médecine naturelle

Le gouvernement péruvien a déclaré Patrimoine Culturel de la Nation les connaissances et les pratiques de la médecine traditionnelle d’Amazonie et l’usage de l’ayahuasca. Sur la côte, on utilise un cactus, le san pedro aux effets semblables à l’Ayahuasca, alors que dans les Andes, les chamans utilisent la feuille de coca lors de messes beaucoup plus tranquilles pour se libérer des ondes négatives.

Elle est évidemment toujours très utilisée et pas seulement dans les Andes ou en Amazonie. Dans les quartiers populaires des grandes villes, de nombreux « apothicaires ambulants » (3.000 à Lima) plus ou moins sérieux proposent dans leurs petites carrioles en bois, des "emolientes", breuvages préparés à l’instant avec un mélange de plantes en fonction des symptômes du client pour soigner les petits maux (douleurs d’estomac, grippe, inflammations, etc…).

 

Si ces plantes sont aujourd’hui reconnues scientifiquement comme médicinales: maca pour le stress et l’énergie, uña de gato pour les inflammations et douleurs, chancapiedra pour les calculs, etc...), leur manipulation peut porter à controverse.

 

Pour les maux plus graves, les Péruviens font appel aux fameux "chamanes" ou "curanderos" (guérisseurs), beaucoup malheureusement sont des charlatans, notamment ceux qui se spécialisent pour le touriste. Attention donc si on vous propose des soins miraculeux ou « le grand frisson » pour la modique somme de $100 ou $200! Au mieux le show sera totalement inefficace, mais il y a eut plusieurs accidents mortels, certaines plantes devant être manipulées avec beaucoup de précautions.

Les véritables curanderos ont par contre des résultats spectaculaires. En Amazonie, les chamanes préparent une boisson à base d’Ayahuasca, une liane aux vertus hallucinogènes, lors de séances éprouvantes où le patient "évacue" toutes ses impuretés, aussi bien physiquement qu’émotionnellement.

Le Pérou

 
 
 
 
 
pharmacies mifarma perou
pharmacies inkafarma perou
cermal-editions

© 2014 by CERMAL-EDITIONS

Lima - Peru